Les baha’is de l’Égypte sortent de l’ombre

EGYPTE – Après les baha’is de l’Iran, c’est au tour des baha’is d’Égypte de se faire priver de leurs droits humains. Étant donné que la Foi baha’ie n’est pas reconnue comme religion en Égypte, les baha’is ont un choix déchirant à faire: se déclarer comme musulman, chrétien, ou juif, ou bien se faire priver des documents d’identité officiels. Les baha’is qui refusent sont privés de leur accès aux services essentiels tels que l’éducation publique, les hôpitaux et services de santé publiques, les pensions, et ainsi de suite. Pire, leurs naissances, décès et mariages ne peuvent être reconnues par l’état.

Après une victoire légale au sein d’un tribunal administratif à Alexandrie dans lequel un couple baha’i a gagné le droit d’avoir leur religion correctement inscrit sur leurs cartes d’identité, il semblait que les fortunes des baha’is allait s’améliorer. Mais suite à un appel de la part du gouvernement égyptien, la décision du tribunal a été suspendue par la Haute Cour administrative.

Le journal Hebdo Al-Ahram a publié une enquête sur l’affaire. Les faits présentés au sujet des baha’is sont saupoudrés d’erreurs, parfois graves: Bahá’u’lláh est représenté en tant qu’ayant participé dans un attentat mené contre le Shah d’Iran, alors que c’est absolument faux [2]. Pour peindre un portrait de l’opposition qui se manifeste contre les baha’is en egypte, par contre, c’est quand même un article révélateur. Un extrait:

Un débat houleux s’est engagé dans les médias imposant l’ouverture du dossier des bahaïs, des laissés-pour-compte depuis 1960. La polémique a commencé après le verdict prononcé par le tribunal administratif de première instance d’Alexandrie qui a répondu favorablement à une revendication de longue date. En effet, depuis des décennies, la communauté bahaïe égyptienne ne cesse de revendiquer son droit d’afficher sa religion ou de l’inscrire sur la carte d’identité. Mais le ministère de l’Intérieur a refusé et les a obligés à mentionner musulman ou chrétien ou laisser la case vide. Aujourd’hui, cette communauté, dont le nombre atteint 10 000 personnes en Egypte, revendique ses droits à la citoyenneté. Ce n’est pas la première fois qu’une telle polémique se déclenche en Egypte. En 1910, l’écrivain Mohamad Fadel a écrit deux articles sous le titre Gabriel descend en Egypte et dans lesquels il a abordé le bahaïsme comme nouvelle religion en Egypte. A l’époque, l’information avait aussi provoqué des remous. Cependant, les bahaïs ont continué à vivre leur religion et pratiquer ses rituels jusqu’en 1960, lorsque le président Gamal Abdel-Nasser donna l’ordre de fermer les centres et al-mahafel (lieu de rassemblement des adeptes) en Egypte. Ceci est arrivé suite à un procès intenté contre un groupe d’Egyptiens accusés de répandre le bahaïsme en Egypte. Le dossier est ouvert de nouveau dans les années 1980, après l’attentat du président Anouar Sadate, lorsque la Sûreté de l’Etat a poursuivi les mouvements religieux actifs de cette époque. « J’ai été arrêtée en 1985 et accusée de mépris des religions, parce que je suis une bahaïe. Mais plus tard, j’ai été acquittée. En fait, ce qui me dérange le plus, c’est que la société égyptienne nous rejette et nous accuse de former un réseau d’espionnage et même de prostitution, informations données par la presse à sensation. Avant de juger une religion, ne faut-il pas d’abord la connaître comme il le faut? », s’interroge Wafaa Halim, femme d’affaires bahaïe.

[ . . . ] « Je ne suis pas obligé de me justifier pour défendre ma religion. J’en suis convaincu et cela me suffit pleinement. Mais personne ne doit m’obliger à cacher ma confession comme si c’était une tare ou à mentir en mentionnant une autre religion », s’exprime Hussein Elias, qui poursuit que les enfants bahaïs étudient la religion musulmane ou chrétienne dans les écoles, car le bahaïsme ne figure pas parmi les religions enseignées. Une polémique qui a aussi atteint la rue égyptienne. Cette affaire a aiguisé la curiosité envers ce culte. « La position des cheikhs m’étonne, ils veulent empêcher les gens d’embrasser une autre religion alors que l’islam est clair en ce qui concerne la liberté des cultes. Dans la sourate des mécréants (Al-Kafiroun), le Coran a expliqué les bases de cette liberté avant même les autres déclarations internationales. A chacun sa religion », explique Abir, comptable. Saher, directeur d’une banque, partage cet avis et estime que nous sommes presque le seul pays au monde qui juge les gens d’après leur culte. « Nous nous trouvons dans un souk où tout le monde doit avoir la liberté d’exposer sa marchandise et chacun est libre de choisir celle qui lui convient. Une chose est sûre : le progrès dans n’importe quel pays se mesure par le respect de l’individu et la liberté des cultes ».

Lisez l’article au complet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s