Élever la conversation dans les paroisses de quartier

Normal
0

false
false
false

EN-CA
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Table Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0in 5.4pt 0in 5.4pt;
mso-para-margin:0in;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »,serif;}

Montréal, le 6 juillet, 2018 – « Le Plan divin » était le sujet d’un atelier présenté chez les frères de la Mission de Consolata par un ami de la communauté bahá’íe montréalaise. Depuis une décennie, ce groupe des frères, font une série d’étude pour se familiariser avec d’autres groupe religieux à travers la ville de Montréal et cet atelier était la suite de cette exploration. La première rencontre avec un membre de ce groupe a eu lieu lors de Salon du livre de Montréal en novembre 2002 et nous avons cultivé une relation d’amitié entre nous depuis cette date.

Lors de cette présentation d’une demi-journée les points de vue des scientifiques, des sociologues aussi bien que les perspectives bahá’ís ont été examiné. Les participants étaient agréablement surpris que le Plan divin « s’oppose aux opinions chimériques, aux doctrines impuissantes, aux théories crues, aux imaginations oisives et aux conceptions à la mode, d’un âge transitoire et troublé. »*

Historien et professeur titulaire au Département d’histoire de l’Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari insiste que la capacité d’un être humain lui donne la possibilité de « devenir dieu. » ! En même temps, il se pose la question : « Y a-t-il rien de plus dangereux que des dieux insatisfaits et irresponsables qui ne savent pas ce qu’ils veulent ? »

Par contre, les Écrits bahá’ís prouvent « … que le monde de l’existence a le plus grand besoin d’un éducateur, et que son éducation ne peut être réalisée que par le pouvoir divin.  Il n’y a pas de doute que ce pouvoir divin soit la révélation ; et que l’éducation des peuples doive se faire par ce pouvoir qui est supérieur aux forces humaines. »* 

Le concept de la connaissance de Dieu tel que suggéré par Albert Einstein – « Définissez-moi d’abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j’y crois. » a été examiné. Le groupe a eu la conclusion que la citation de Bahá’u’lláh, « Dieu, l’Essence inconnaissable, l’Être divin, est immensément exalté au-dessus de tout attribut humain »* est la meilleure des définitions suggérées !

Étant donné que la définition d’un plan est « Suite ordonnée d’opérations prévue pour atteindre un but », nous avons conclu que le Plan divin doit forcément avoir un but. Bahá’u’lláh dit : « Le dessein de Dieu en créant l’homme a été et sera toujours de le rendre capable de connaître son Créateur et d’accéder à Sa présence. Tous les livres sacrés, les écritures divinement révélées et de grande valeur attestent ce but excellent, cet objectif suprême. »* 

« Que [l’être humain] soit séduit, fasciné et attiré par la bonté de Dieu ; qu’il soit comme le papillon amoureux de la lumière, dans quelque verre qu’elle brille ; qu’il soit comme le rossignol séduit par la rose, quel que soit le jardin où elle pousse. »*

Les frères présents étaient unanimes que le « Plan divin » est un processus perpétuel qui change d’âge en âge d’après le besoin du temps. Que seul les messagers divins ont la capacité et le pouvoir de mener les êtres humains à ce but unificateur de l’unité et la paix. Que ce processus est continuel, progressif, évolutif et en accord avec le besoin de l’époque où nous vivons. 

L’Institut des Missionnaires de la Consolata a été fondé à Turin en 1901 par le l’Abbé Joseph Allamano avec un objectif essentiellement missionnaire. Pour lui, l’évangélisation incluait la promotion des personnes et des sociétés. Cette communauté religieuse catholique regroupe environ 1 000 frères, 1 000 sœurs et une centaine des collaborateurs laïques qui sont activement impliqués dans les microprojets socio-économiques surtout dans les pays en voie de développent. 

Sur la photo : les moto-ambulanciers de l’hôpital Notre Dame de la Consolata de Neisu en République démocratique du Congo. Les équipements et les médicaments sont les contributions des organismes canadiens.

*Source : les Écrits bahá’ís  

Publication d’origine: Nouvelles http://bahaimontreal.org/fr-ca/nouvelles/175-elever-la-conversation-dans-les-paroisses-de-quartier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s