Exposition photographique sur la première reine bahá’íe

Montréal, le 12 octobre 2018 – Des membres de la communauté bahá’íe ont assisté à une exposition et à un atelier de trois jours consacrés à la vie et aux services de la reine Marie de Roumanie au Centre communautaire de Côte-des-neiges. En présence du consul général de Roumanie, de l’ambassadeur de la République de Moldavie, de l’ambassadeur du Canada en Roumanie et des conseillers municipaux, l’exposition a été officiellement ouverte au public. Des écrivains, des professeurs d’université, des cinéastes et des poètes ont amplement parlé de l’influence de la reine Marie dans l’histoire populaire de la Roumanie. L’un des conférenciers a fait une belle présentation sur la spiritualité de la reine Marie. Suite à sa propre recherche dans de nombreux domaines liés à la spiritualité, la reine a adhéré à la foi bahá’íe, a souligné le conférencier. Elle-même et sa fille ont accepté la Foi en 1922 suite à une amitié qui a duré presque deux décennies avec l’infatigable enseignante de la Foi et journaliste de profession, Martha Root. Plusieurs personnes présentes dans l’audience ont posé des questions sur l’implication de la Reine dans les activités bahá’íes et ont reçu des réponses adéquates de la part du conférencier, lui-même un professeur de l’histoire.

L’exposition photographique portait principalement sur l’amour de la reine pour la beauté ainsi que les 34 livres et de petites histoires qu’elle avait publiés de son vivant, en roumain et en anglais. Reflétée de manière exquise dans les photographies et les récits écrits qui les accompagnaient, la reine Marie était principalement connue pour son talent à faire de l’équitation, la peinture, la sculpture, la danse et la littérature, ainsi que pour sa beauté.

Cette exposition a été parrainée par le ministère roumain de la Culture à l’occasion de la célébration du centenaire de la Grande Union roumaine avec l’Europe, le 1erdécembre 1918.

La reine Marie, comme l’a mentionné l’un des conférenciers, était une personne profondément spirituelle. Elle était une petite-fille de la reine Victoria d’Angleterre qui reçut deux tablettes de Bahá’u’lláh entre les années 1867 et 1870. Dans la série d’adresses proclamées aux rois et aux souverains de la terre, Bahá’u’lláh annonça sa mission. En tant que fondateur de la foi bahá’íe, Il a appelé les dirigeants politiques et ecclésiastiques du monde à abolir l’injustice, à mettre fin à l’esclavage et à l’oppression, à déposer les armes et à se réunir pour établir une paix durable.

Le 29 janvier 1926, Martha Root, contre l’avis du ministre américain résidant à Bucarest en Roumanie, envoya une lettre à la reine Marie accompagnée de la photo de ‘Abdu’l-Bahá et d’une copie du livre « Bahá’u’lláh et l’ère nouvelle ». Le lendemain, elle a rencontré la reine au palais Controceni, juste à l’extérieur de Bucarest. La nuit précédant l’entrevue, la reine lisait le livre que lui avait envoyé Martha jusqu’à 3 heures du matin. Au cours de l’entretien, la reine tenait dans ses mains la photo d’Abdu’l-Bahá alors qu’elle posait des questions sur la Foi. L’amitié entre Martha Root et la reine dura jusqu’à la mort de cette dernière en 1938.

La reine était une écrivaine douée et ses articles étaient distribués dans plus de 200 journaux aux États-Unis et au Canada. Elle y fait ses premières déclarations publiques sur la foi bahá’íe, invitant les lecteurs à examiner les enseignements qui nourrissent l’amour, l’unité et la paix. La première de ces déclarations a été publiée en mai 1926 et d’autres ont été publiées peu après. Un grand nombre de ces déclarations ont été traduites et publiées en Chine, au Japon, en Australasie et dans d’autres parties du monde.

L’un des premiers articles a été publié dans le Toronto Daily Stardu 4 mai 1926, dont une partie se lit comme suit :

« Une dame(Martha Root)m’a apporté un Livre l’autre jour. Je l’épelle avec une majuscule parce que c’est un Livre glorieux d’amour et de bonté, de force et de beauté.

Elle me L’a donné parce qu’elle avait appris que j’étais dans la peine et la tristesse et qu’elle voulait m’aider…. Elle Le mit entre mes mains en disant : « Vous semblez être à la hauteur de ses enseignements. » Et quand j’ai ouvert le Livre, j’ai vu que c’était la parole de ‘Abdu’l-Bahá, prophète de l’amour et de la bonté, et de son père, le grand maître de la bonne volonté et de la compréhension internationales – d’une religion qui relie toutes les croyances.

… C’est un message merveilleux que Bahá’u’lláh et son fils ‘Abdu’l-Bahá nous ont donné. Ils ne l’ont pas mise en place de manière agressive, sachant que le germe de la vérité éternelle qui est à la base ne peut que prendre racine et se répandre.

Il n’y a qu’une grande vérité : l’amour, source de toute énergie, tolérance les uns envers les autres, désir de se comprendre, de se connaître, de s’entraider, de se pardonner.

… Je vous le recommande à tous. Si jamais le nom de Bahá’u’lláh ou de ‘Abdu’l-Bahá vient à votre attention, faite confiance à leurs écrits. Cherchez leurs livres et laissez leurs mots et leurs leçons glorieuses, porteuses de paix et créatrices d’amour, prendre racine dans votre cœur comme c’était fait dans le mien. »

Il y a une note jointe de Marth Root sur l’une des lettres de la reine qui lui était adressée que Sa Majesté a passé une commande importante pour les livres bahá’ís de la maison d’édition Burnsides Ltd. et quelques jours plus tard, sa fille, âgée de 16 ans la princesse Ileana avait également envoyé une grosse commande de livres!

Inutile de dire que le résultat du contact de Martha avec la reine Marie de Roumanie, de l’adhésion à la Foi par sa fille et elle-même et l’hommage public rendu par un monarque régnant étaient un baume pour l’âme des bahá’ís du monde entier qui luttaient pour être entendus , dont les martyrs meurent encore pour porter le message de Bahá’u’lláh à l’attention du public. Ils étaient une source de joie sans égal pour le cœur du Gardien de la foi bahá’íe, Shoghi-Effenfi, travaillant sous les tribulations continues du gardiennât et cherchant à faire reconnaître la foi en tant qu’une religion mondiale. Dans l’histoire bahá’íe, la reine Marie de Roumanie est considérée comme la première souveraine à accepter la cause de Bahá’u’lláh !

Publication d’origine: Nouvelles http://bahaimontreal.org/fr-ca/nouvelles/199-exposition-photographique-sur-la-premiere-reine-baha-ie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s