La célébration de nouvel an bahá’í et la Semaine d’actions contre le racisme

Montréal, le 21 mars 2019 – La communauté bahá’íe de Montréal a célébré le nouvel an en ce jour du printemps à l’Hôtel Courtyard Marriott. Au-delà de 300 amis et sympathisants de tous les quartiers de Montréal, de variété de nationalité, d’ethnie, de culture et de langue ont participé à cet événement annuel. Célébrée à travers le monde, cette fête est également une occasion joyeuse pour les Parsies (Zoroastriens), les iraniens et autres nationalités à travers l’orient.

Ce jour coïncide également avec le lancement officiel de la Semaine d’actions contre le racisme. Cet événement a été célébré au centre bahá’í de Montréal avec une trentaine des membres d’organismes variées et les amis des quartiers. Les prières ont été chantés en plusieurs langues même en langue maori de Nouvelle-Zélande ! La Journée internationale pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, créée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1966. Elle appelle la communauté internationale à mettre fin au racisme, à la discrimination et à l’intolérance, invite les ONG, les organisations communautaires, les écoles, les conseils locaux et toutes sortes de groupes et d’individus à unir leurs forces et à lutter contre le racisme par des actions directes. Que ce soit en organisant des activités, en soutenant les autres ou en diffusant le message, nous nous encourageons tous à reconnaître notre l’unité dans la diversité.

« Ce jour sacré où le soleil illumine la terre entière d’une manière égale, s’appelle l’équinoxe et l’équinoxe est le symbole du messager divin. Le soleil de la vérité se lève à l’horizon de la miséricorde divine et envoie ses rayons sur tous. »

 (‘Abdu’l-Bahá, Divine Philosophy)

« Naw Rúz » [ou Now-Rouz] est la Fête célébrée par les bahá’ís du monde entier à l’occasion du commencement du calendrier et de l’année bahá’íe : le 21 Mars, c’est à dire le premier jour du Printemps, le commencement du réveil de la nature, de l’éclosion des bourgeons et des fleurs !

Quoi de plus logique et de plus naturel, en effet, que de commencer l’année ce jour-là. Le Báb (le Héraut de la foi bahá’íe) qui a institué le nouveau calendrier de l’Ère Nouvelle, a-t-Il choisi cette date (le 21 Mars) comme le jour du nouvel an, choix ratifié plus tard par Bahá’u’lláh. Ce jour a été déjà célébré depuis des siècles avant Jésus Christ comme une fête et portait le nom de « Naw Rúz ». C’est ainsi que celui-ci a été gardé pour notre fête du nouvel an bahá’í.

Que représentait-elle donc dans la Perse antique, puisque cette fête date d’au moins trois millénaires et, probablement, de plus de 25 siècles ?

« Now Rouz » (translittéré : Naw Rúz et prononcé No(w) Rouz, veut dire en Persan : Nouveau Jour. Dans la mythologie iranienne il est dit que le Dieu Suprême a créé l’univers en six jours : successivement le Ciel, la Terre, l’eau, les plantes, les animaux et, le sixième jour, l’Homme… Une fête célébrait le jour de chacune de ces créations : celle de l’apparition de l’Homme s’appelait « Naw Rúz » !

Jusqu’à l’an 538 avant Jésus Christ, « Naw Rúz » n’était que la fête de la Création (de l’Homme). A partir de cette date, les Iraniens vont faire coïncider le jour du nouvel an avec le premier jour du Printemps. Ce changement de date se fit sous le règne de l’Empereur perse Cyrus le Grand qui libéra les Enfants d’Israël du joug des Babyloniens et fut chargé par Dieu de reconstruire le Temple de Jérusalem. Cyrus [de religion mazdéenne (Zoroastrisme)] a un rang important puisque non seulement il est connu comme le premier « promulgateur » d’une charte des Droits de l’Homme assurant notamment la liberté religieuse, mais surtout parce qu’il est appelé dans la Bible : « le berger, l’oint de l’Éternel » !

Depuis plus de 2 500 ans, les peuples de cette région (y compris – à part ceux de l’Iran – certains habitants de l’Afghanistan, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan, de l’Inde, du Pakistan, de la Caucasie, de la Turquie et de l’Iraq) célèbrent joyeusement cette Fête de « Naw Rúz ».

Pour le calendrier iranien (qui est complètement différent du calendrier islamique et qui serait l’un des rares à commencer au Printemps), elle représente, en plus, le Jour de l’An (fêté pendant 12 jours, plus un 13ème jour pendant lequel on doit sortir de la maison pour une communion joyeuse avec la nature).

Malgré l’invasion de cette région par Alexandre de Macédoine, les armées de l’Islam, les hordes de Gengis Khan et de Tamerlan, et malgré les vicissitudes des temps, cette fête a persisté et, étant un point commun, a même servi, d’une certaine manière, à unir culturellement les peuples du Plateau de l’Iran…

Dans la mythologie, la tradition et la culture iranienne, « Naw Rúz » est considérée comme la Fête du Créateur, de l’apparition de l’Homme, la Fête de la Nature, de la Fécondité, de l’Espoir et de la Paix. Elle est également la Fête de la Famille, du Respect envers le chef de famille et des personnes âgées, de l’Amitié, de la Générosité, de la Joie et des Enfants…

Publication d’origine: Nouvelles http://bahaimontreal.org/fr-ca/nouvelles/228-la-celebration-de-nouvel-an-baha-i-et-la-semaine-d-actions-contre-le-racisme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s