Faits saillants de la célébration du bicentenaire de la naissance du Báb à Montréal

Montréal, le 27 octobre 2019 – L’un des faits saillants de la célébration du bicentenaire de la naissance du Báb à Montréal a sûrement été la série de cinq causeries données par le dr. Todd Lawson, professeur émérite au département des études du Moyen-Orient à l’université de Toronto.

Ces séries de conférences, données une fois par an, sont à la mémoire de Raymond Flournoy – membre de longue date de la communauté bahá’íe de Montréal – étaient axées sur la vie et les premiers écrits du Báb. La série commençait par une introduction à la société dans laquelle vivaient le Báb, sa vie et ses écrits avant l’âge de 25 ans, ainsi que les écrits composés spécialement avant le 22 mai 1844, date de sa proclamation à Mullá Husayn à Chiraz.

La série s’est poursuivie avec les expériences mystiques et spirituelles du Báb, en particulier dans les premiers mois de 1844, sa proclamation à Mulla Husayn, révélation de Qayyúm al-Asmá, en se concentrant sur le premier chapitre intitulé le Surih de Dominion.

Le point culminant de la série a été une expérience émotionnelle à entendre Todd parler du Portrait du prophète en tant que jeune artiste! Les images de l’écriture du Báb et de son œuvre calligraphique exquise représentant un temple humain en forme d’étoile à cinq branches étaient vraiment étonnantes! D’autres pièces, telles qu’une calligraphie circulaire et divers styles de l’écriture manuscrite du Báb, ont également été présentées.

Todd Lawson est un professeur émérite de pensée islamique à l’université de Toronto. Il a publié de nombreux ouvrages sur les commentaires du Coran, le Coran en tant que littérature, le soufisme et les religions Bábie et Bahá’íe. Ses livres, la crucifixion et le Coran, ont été publiés en 2009, suivis par l’Apocalypse gnostique et l’islam en 2011, le Coran en tant qu’épopée sacrée et le plus récent, Being Human en 2019. Il est également l’éditeur de Reason and Inspiration in Islam, un recueil d’essais réunissant les disciplines de la théologie, de la philosophie et du mysticisme.

Todd est convaincu que ce qu’il faut surtout apprécier, c’est l’énorme dette que la société, l’humanité et la civilisation en général ont envers l’Islam et l’aventure islamique. Cela a été son intérêt permanent. À sa grande surprise lors de son arrivée au Canada en janvier 1968, les premières personnes qu’il a rencontrées étaient les bahá’ís. c’est en lisant certains textes bahá’ís qu’il s’aperçut finalement qu’ils étaient remplis de références au Coran, au prophète Mahomet et à la spiritualité islamique. Et c’est comme ça que tout a commencé!

* À propos des illustrations: Un pentacle non identifié du Báb, qui, d’après la légende sous l’image, est « tiré de la reproduction de Qismati az alwah-i-khatt-i-Nuqta-yi Ula, » p. 26. Notez également une description de Shoghi Effendi, dans Dieu passe près de nous à la page 69:

C’est exclusivement aux soins de [Bahá’u’lláh] que les documents du Báb, son étui à plumes, ses sceaux, son anneau en agate, ainsi que le rouleau sur lequel il avait écrit, sous forme de pentacle, ne moins de trois cent soixante dérivés du mot Bahá  ont été livrés, conformément aux instructions données par Lui-même avant son départ de Chihriq.

Le talisman de forme circulaire dessiné par le Báb n’est pas non plus identifié. Remarquez la faible empreinte d’une da’ira vers le bas.

Da’ira et haykal signifient tous deux « talisman », le premier étant spécifiquement un talisman circulaire et le dernier étant (généralement) pentaculaire ou carré. Peter Smith explique que « l’idée qu’un objet physique peut fournir au porteur une forme de protection surnaturelle » est courante dans les religions du monde entier. « Le Báb a demandé à ses disciples de fabriquer et de porter des talismans, et il y a de nombreuses références à cela dans ses écrits. » Tandis que les enseignements bahá’ís minimisent l’importance de telles pratiques ésotériques, il existe des prières et d’autres écrits qui mentionnent ou fournissent une protection talismanique. (Encyclopédie concise de la foi bahá’íe, talisman q.v.) Khazeh Fananapazir ajoute que, dans le Bayan persan, le Báb se réfère aux hommes comme « ceux qui possèdent le hayákil (‘ulu’l-hayákil) » et les femmes comme « ceux qui possèdent le dawá’ir (‘ulu’l-dawá’ir) « (bayán-i fársí IV: 4-5).

Publication d’origine: Nouvelles http://bahaimontreal.org/fr-ca/nouvelles/269-faits-saillants-de-la-celebration-du-bicentenaire-de-la-naissance-du-bab-a-montreal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s