Les Roses Noires de Montréal !

Montréal, le 16 juin 2020 – La relation étroite entre la communauté bahá’íe de Montréal et la communauté des « Roses noires » s’est poursuivie grâce au vigoureux travail de Mme Maxwell qui a participé aux œuvres sociaux et philanthropiques de la ville.

En 1927, elle devient présidente d’honneur du Club Nègre de Montréal. Le Club soulagea les difficultés et aida les pauvres et fournisse des vêtements aux immigrants antillais nouvellement arrivés. Le Club partageait gracieusement une soupe très populaire entre les chômeurs, fournissait des parcelles funéraires à ceux qui n’en avaient pas les moyens, et ses membres se portaient volontaires pour offrir des aides aux mères en difficulté financier. La vie des Afro-Canadiens à Montréal, au nombre d’au moins 1200, a été éclipsée dans une situation non saine. Le logement, l’éducation et d’autres installations étaient négligeables, à l’exception des salles de billard et des appartements de la rue Saint-Antoine, entre Windsor et Guy.

L’un des premiers contacts établis par May Maxwell fut l’un des célèbres réformateurs Charles H. Este, pasteur de la seule église noire de Montréal qui dirigea la congrégation de 1925 à 1968. L’Église a été la première de toutes les agences à s’occuper d’activités récréatives, culturelles et éducatives pour les Afro-Canadiens dans la ville. Le révérend Este est devenu un ami personnel de la famille Maxwell et a visité avec Mme Maxwell au Congrès mondial de 1963 à Londres, Royaume-Uni. Il devient ainsi un ami proche de la communauté bahá’íe de Montréal.

Un certain nombre de personnes de l’église du révérend Este sont devenues bahá’ís, y compris M. Eddie Elliot et les deux filles de Mme Blackburn qui avait épousé un homme afro-canadien. Ils sont devenus membres du premier Groupe jeunesse de Montréal.

L’intérêt de Mme Maxwell à accorder une attention personnelle au sort des Afro-Canadiens se reflète dans un récit de quelqu’un qui s’est rendu chez elle à ce moment-là. La femme de chambre a dit au visiteur que Mme Maxwell ne pouvait pas la recevoir aujourd’hui! Puis Mme Maxwell a été vue se précipitant dans les escaliers pour accueillir le visiteur s’excusant en expliquant qu’elle avait une femme à l’étage donnant naissance à un bébé parce qu’elle était noire et qu’aucun des hôpitaux ne voulait la prendre. Donc, elle a été amener son propre médecin et d’avoir ce bébé pour être né juste dans sa propre maison !

Les étudiants de l’université Howard à Washington, D.C., fondée en 1867 pour éduquer les anciens esclaves; était le premier public majoritairement noir que ‘Abdu’l-Bahá, s’adressera en Amérique en 1912. Il a commencé par attirer l’attention sur la diversité dans la salle. « Aujourd’hui, je suis heureux, dit-il, car je vois… blanc et noir assis ensemble. Il a ensuite rejeté les opinions dominantes en noir et blanc sur l’existentialisme racial — la croyance répandue que la race d’une personne était au cœur de son humanité : « Il n’y a pas de blancs et de noirs devant Dieu. Toutes les couleurs ne font qu’une, et c’est la couleur de la servitude envers Dieu. Le parfum et la couleur ne sont pas importants. Le cœur est important. Si le cœur est pur, blanc ou noir ou n’importe quelle autre couleur ne fait aucune différence. »

« Alors que je suis ici devant vous ce soir et que je regarde cette assemblée, dit-il à l’auditoire, je me souviens curieusement d’un beau bouquet de violettes réunies dans des couleurs variées, sombres et claires. »

Dans le règne végétal, les couleurs des fleurs multicolores ne sont pas la cause de la discorde. Au contraire, les couleurs sont la cause de l’ornementation d’un jardin parce qu’une seule couleur n’a pas d’attrait; mais quand vous observez des fleurs multicolores, il y a du charme et de la beauté. Le monde de l’humanité, aussi, est comme un jardin, et les êtres humains sont comme les fleurs multicolores.

‘Abdu’l-Bahá avait commencé à élaborer un nouveau langage de la race — une nouvelle gamme d’images et de métaphores raciales — qui contredisait consciemment ces associations racistes et ancrées. Ils ont trouvé leur focus sur Louis Gregory, qui fut le premier bahá’í américain d’origine africaine. — Je vous compare, lui dit ‘Abdu’l-Bahá, à la pupille noire de l’œil. Vous êtes noir et la pupille est de la même couleur, étant donné que la majorité de la lumière entrant dans l’œil est absorbée par elle.

« Quand Louis Gregory s’est rendu à Stuttgart, écrit ‘Abdu’l-Bahá, bien qu’il soit de couleur noire, il brillait comme une lumière vive lors de sa rencontre avec les amis. »… « Il retournera en Amérique très bientôt, dit-il à un ami américain, et vous, le peuple blanc, devriez alors honorer et accueillir cet homme de couleur brillante de telle manière que tout le monde sera étonné. »

Dans un autre discours, ‘Abdu’l-Bahá a expliqué que : Parmi les joyaux groupés des races que les noirs soient comme des saphirs et des rubis tandis que les blancs soient comme des diamants et des perles. La beauté composite de l’humanité sera témoin de leur unité et de leur affiliation.

Photos : Le premier group des jeunes bahá’ís ; Eddie Elliot est le premier à gauche

Références : Abdu’l-Bahá’í – Mahmud’s Diary 

W.C. van den Hoonaard,  The Origins of the Bahá’í Community of Canada

Montreal Council’s minutes, 1928

Bertly, Leo W. 1977 : Canada and Its People of African Descent. Montreal

Publication d’origine: Nouvelles http://bahaimontreal.org/fr-ca/nouvelles/298-les-roses-noires-de-montreal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s