Joseph et sa tunique de plusieurs couleurs !

Montréal, le 17 juillet 2020 – Une centaine de participants en tout, se sont joints à la communauté bahá’íe de Montréal pour écouter cinq conférences données par le Dr Todd Lawson, professeur émérite de pensée islamique de l’Université de Toronto, sur « Joseph et la foi bahá’íe ». Il s’agissait de la septième partie d’une série de cours annuels dédiée à la mémoire de Raymond Flournoy sur la foi bahá’íe et Islám. Afin de célébrer la vie Raymond et le présenter aux nombreux participants d’autres parties du monde, un court vidéo-documentaire a également été présenté. Toutes les séances ont été diffusées via une téléconférence en raison de la présidente pandémie.

Le Dr Lawson a expliqué que le tout premier livre de la révélation divine dans la foi bahá’íe, le livre qui a en fait inauguré l’ère Bahá’í, était un commentaire sur le Súrih de Joseph, le 12ème chapitre du Coran. Dans le Livre de la certitude (p. 231), Bahá’u’lláh parle de cette composition comme « le premier, le plus grand et le plus puissant de tous les livres ».

Le cours, dédié à la mémoire brillante de Raymond Flournoy, l’un des premiers Bahá’ís de Montréal, a fait une exploration de l’importance d’un tel choix de la part du Báb. Il aurait évidemment pu ouvrir le nouveau cycle de croissance spirituelle et de développement de quelque façon qu’il choisissait. Pourquoi a-t-il choisi la figure de Joseph comme symbole approprié pour les potentialités de cette nouvelle période de l’histoire humaine ? Pour mieux comprendre une telle relation, certains passages du Súrih de Joseph dans le Coran, l’histoire de Joseph dans la Bible (Genèse 37-50), et la façon dont Joseph apparaît dans les écrits bahá’ís, y compris le chapitre inaugural de Qayyúm al-Asmá’ ou Commentaire sur le Súrih de Joseph par le Báb et le Kitáb-i-Íqán ou Le Livre de la Certitude par Bahá’u’lláh ont été explorés en profondeur.

Dans le récit mystique du Báb, les références à l’histoire de Joseph se trouvent partout, certaines directes et évidentes, beaucoup d’autres subtiles, allusives et indirectes. L’effet est celui d’un motif kaléidoscopique, présent partout où l’on se retourne dans la lecture des paroles du Báb, comme si le Qayyúmu’l-Asmá’ étaient à la fois une réponse analytique et une nouvelle révélation créative de significations sur l’histoire de Joseph. Le Báb utilise des échos verbaux qui font résonner sa propre mission avec celle des Manifestations antérieures et de présenter des significations entièrement nouvelles dans les épisodes de l’histoire de Joseph. Par exemple, à un moment donné, le Báb se réfère à Lui-Même et ses paroles comme la même lumière qui a été « élevé au milieu du Buisson ardent. »* L’allusion historique n’est pas utilisée simplement pour prêter autorité à sa revendication; au contraire, sa formulation a pour effet d’insuffler un sens métaphorique frais et plus profond dans une vieille image : le Buisson ardent (de l’histoire de Moïse) devient un symbole pour le monde de l’existence, un monde maintenant imprégné de la lumière (la connaissance révélée) d’une révélation nouvelle et contemporaine. L’audace du Báb dans l’utilisation de cette technique de réinterprétation montre à la fois la puissance artistique et conceptuelle de l’écriture du Báb.

Avec le progrès de la foi bahá’íe, l’histoire de Joseph a atteint son apogée d’une manière unique dans l’histoire, comme un récit mystique définissant dans deux religions liées mais indépendantes surgissant dans les dix-neuf ans de l’autre. Bien que le Báb était une Manifestation de Dieu et le fondateur d’une grande religion, Il se percevait aussi comme un précurseur. Il a écrit des tablettes adressées humblement à « Celui que Dieu se rendra manifeste » et à plusieurs reprises mis en garde ses disciples de reconnaître et d’accepter cette figure quand il devrait apparaître.** Bien qu’hardiment Il s’identifie à Joseph dans le Qayyúmu’l-Asmá, le Báb a également utilisé à plusieurs reprises des références à Moïse et le Buisson ardent (comme mentionné précédemment) d’une manière qui l’a fait paraître de placer sa propre Révélation dans un contexte théophanique le plus large alors qu’elle se déroule d’une manière mystérieuse.

Lorsque Bahá’u’lláh déclara sa propre mission en 1863, son annonce fut stupéfiante dans sa portée. Non seulement il prétendait être celui promis par le Báb (le successeur du Báb et une Manifestation indépendante de Dieu), mais, en effet, d’être le Promis de tous les âges (c’est-à-dire celui attendu dans les traditions millénaires de toutes les grandes religions et la figure représentante l’aboutissement d’un grand cycle de religions). Bahá’u’lláh se réfère à Lui-même comme « le Joseph divin » et, comme le Báb, utilise cette histoire comme l’une des métaphores par lesquelles Il définit sa propre mission. Le motif revient dans nombreux de ses œuvres majeures.

Le point culminant de cette série de conférences a été la session présentée par le professeur Stephen Lambden de l’Université de Californie, Merced, département des sciences humaines. Il s’est spécialisé dans les textes religieux abrahamiques et les langues sémitiques comme l’hébreu et l’arabe. La présentation approfondie du professeur Lambden expliquant la relation entre les Saints textes hébreux, chrétiens, islamiques, bábi et bahá’í a clarifié de nombreuses significations spirituelles dans les Écritures du passé et du présent.

Toutes les séances ont été accueillies avec bienveillance par le Dr Moojan Momen du Royaume-Uni qui est resté éveillé patiemment jusqu’à 2 heures du matin, GMT et a commenté sur divers sujets pour aider les participants à mieux comprendre les écrits du Báb.

Depuis 1985, le Dr Momen et son épouse, la Dre Wendi Momen, gèrent la bibliothèque de Afnán à Sandy, Bedfordshire, Royaume-Uni. The Afnán Library Trust, qui a été créé en tant qu’organisme de bienfaisance indépendant, a tenté au fil des ans de répondre aux souhaits de feu M. Hasan Balyuzi, un descendant du Báb, qui a fait don de toutes ses collections de livres et de manuscrits à cette bibliothèque. De nombreux livres, manuscrits et autres documents d’archives ont été ajoutés à la bibliothèque depuis. La bibliothèque de Afnán est accessible en ligne : http://www.afnanlibrary.org

 Photos : –

  • Participants à l’une des sept séances de vidéoconférenc 
  • Golgasht Mossafai, une photo rare du professeur Stephen Lambden et du Dr Moojan Momen lors d’une présentation organisée par la communauté bahá’íe de Harrow 1973, Royaume-Uni.
  • Un dessin en style miniature persan de Joseph et de ses frères. 

Références:

     *Le Báb, Sélections 41

     ** Bahá’u’lláh, Florilèges des Écrits de Bahá’u’lláh, traduction Shoghi Effendi, version anglaise (Wilmette:Bahá’í Publishing Trust, 1983) 208.

  • Jim Stokes, article publié dans World Order, 29:2
  • Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat est une comédie musicale avec des paroles de Tim Rice et de la musique d’Andrew Lloyd Webber. L’idée est basée sur l’histoire de « manteau de plusieurs couleurs » de Joseph du Livre de la Genèse de la Bible.

Publication d’origine: Nouvelles http://bahaimontreal.org/fr-ca/nouvelles/306-joseph-et-sa-tunique-de-plusieurs-couleurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s