Étiquette : Amérique latine

Un temple baha’i remporte un prix important au Canada

TORONTO, LE 5 AVRIL 2017, (SCNB)

L’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) a décerné le Prix Innovation en architecture de 2017 à la maison d’adoration baha’ie d’Amérique du Sud. Le communiqué annonçant le lauréat de ce prix, l’un des plus importants au Canada dans le domaine de l’architecture, affirme :

Publication d’origine: Service canadien de nouvelles bahá’íes http://news.ca.bahai.org/node/788

La construction du temple franchit une nouvelle étape

AGUA AZUL, Colombie, publié le 23 février 2017 – Les plans pour la construction de la maison locale d’adoration bahá’íe à Agua Azul, un village du Norte del Cauca, en Colombie, ont récemment franchi une étape importante. La construction a officiellement commencé en janvier, après que les contrats de construction ont été formalisés avec une entreprise locale de la région.

Après la cérémonie d’inauguration des travaux en mai 2016, la butte centrale surélevée de 3 mètres sur laquelle le temple de 18 mètres de hauteur sera édifié a été achevée et le travail de fondation des structures auxiliaires environnantes a été terminé. À terme, ces structures seront peintes dans les couleurs vives, typiques des bâtiments en Colombie.

Une partie du terrain de 13 hectares montrant le site de la future maison d’adoration locale et une partie du site du Bosque Nativo, ainsi que certains quartiers environnants.

Parallèlement aux progrès réalisés dans la construction de la maison d’adoration, les activités de construction communautaire, qui sont déjà en cours depuis un certain temps et qui contribuent au progrès spirituel et matériel des communautés du Norte del Cauca et de ses environs, se sont renforcées. Inspirées par l’édification du temple, ces activités se sont multipliées, et un esprit de prière, de dévotion et de participation commence à imprégner de plus en plus la région.

Ce même esprit a trouvé son expression dans des projets concrets. Depuis que la propriété pour la maison d’adoration a été acquise en décembre 2013, la communauté bahá’íe a entrepris un projet de reboisement sur un terrain de 11 hectares, adjacent au site du temple. L’initiative a contribué à réintroduire la végétation indigène dans la région, qui avait été décimée par des années de monoculture de la canne à sucre. L’équipe engagée dans cette activité a déjà réussi à faire pousser 43 espèces de plantes sur le terrain, qui a été déclaré Bosque Nativo, ou forêt indigène.

« Travailler dans une équipe pour récupérer une grande partie des espèces de plantes oubliées qui font partie de cette terre a été l’une des parties les plus inspirantes du projet », a déclaré Jason, âgé de 12 ans et le plus jeune membre de l’équipe de reboisement.

En mars, l’équipe planifie un projet communautaire spécial qui invitera les personnes des communautés environnantes à apporter différentes espèces végétales de leurs propres maisons ou de leurs fermes pour contribuer au Bosque Nativo.

La relation entre l’environnement de la région et la communauté s’exprime également dans l’architecture de la maison d’adoration, qui s’inspire de la forme de la cabosse du cacaoyer, plante qui se trouve en abondance en Colombie et qui fait partie intégrante de l’identité du paysage, de la vie et de l’économie des gens.

« Le temple devient déjà une source d’inspiration, une source de développement », a expliqué Julian Gutierrez Chacon, l’architecte de la maison d’adoration, qui réfléchit à l’avenir de la communauté. « Les gens sont désorientés et ont de nombreuses contraintes et, pour eux, le temple sera une étoile polaire, une boussole qui va réorienter les vies. »

Le projet du temple au Norte del Cauca a été annoncé en 2014. C’est l’une des premières maisons d’adoration bahá’íes locales à être construite, parmi les cinq annoncées par la Maison universelle de justice en 2012

Publication d’origine: Bahá’ís de France – Site officiel http://www.bahai.fr/la-construction-du-temple-franchit-une-nouvelle-etape/

Le temple pour l’Amérique du Sud éveille le sens du sacré

SANTIAGO, publié le 6 décembre 2016 – De plus en plus de personnes découvrent actuellement la maison d’adoration bahá’íe récemment inaugurée à Santiago du Chili. Et beaucoup d’entre elles redécouvrent le sens du sacré, tandis qu’elles sont comme enveloppées par les ailes de verre et de marbre du temple.

Des visiteurs de la maison d’adoration à Santiago du Chili, debout sous les ailes de verre et de marbre du temple
Des visiteurs de la maison d’adoration à Santiago du Chili, debout sous les ailes de verre et de marbre du temple

Le temple a déjà reçu plus de 25 000 visiteurs depuis son inauguration en octobre. Qu’ils viennent de Santiago ou de régions plus éloignées, ils sont attirés par la maison d’adoration pour différentes raisons. Certains sont désireux de voir le bâtiment qui a gagné des éloges internationaux pour son architecture. D’autres, intéressés au sujet d’un temple inspiré par une Foi dont ils savent peut-être peu de choses, viennent pour en apprendre davantage. Et d’autres encore viennent à la recherche d’un sens du sacré qui se perd dans le monde d’aujourd’hui.

« Nous nous attendions à un grand nombre de visiteurs, mais nous avons été surpris par le nombre de personnes qui sont venues au cours du premier mois seulement », a expliqué Jenny Perez, une représentante de la communauté bahá’íe chilienne.

Avec ce grand afflux de visiteurs, un lien se tisse entre la ville et le temple, perché sur les contreforts de la cordillère des Andes qui la surplombe. Ceux qui arrivent trouvent non seulement un magnifique endroit pour la contemplation et la prière, ouvert à tous, mais aussi un lieu où puiser l’inspiration et se reconnecter à un but plus élevé.

Les grands médias et les sites internet ont tenté de saisir l’expérience de la visite du temple par des moyens novateurs, telle la photographie à 360 degrés.

Afin d’enrichir l’expérience de ceux qui viennent, la communauté bahá’íe a ouvert des espaces informels sur les terrains du temple pour des échanges d’idées. Ces espaces permettent aux visiteurs intéressés d’en apprendre davantage sur la nature et sur le but de la maison d’adoration et également d’explorer des thèmes et des concepts spirituels ou encore de réfléchir aux implications d’une vie dédiée à l’amélioration de la société.

« Nous espérons que le temple sera un endroit où les gens pourront apprendre, dans la mesure où ils le souhaitent, à mieux comprendre ce que peut être une expérience spirituelle ou sacrée, et comment elle est liée à la manière dont chacun de nous contribue au bien- être de l’autre et du monde », a expliqué Mme Perez.

Publication d’origine: Bahá’ís de France – Site officiel http://www.bahai.fr/le-temple-pour-lamerique-du-sud-eveille-le-sens-du-sacre/

Journée nationale baha’ie en Jamaïque

Journée nationale baha'ie en JamaïqueKINGSTON, Jamaïque – Le site Nouvelles Internationales Baha’ies nous apporte aujourd’hui l’histoire captivante des baha’is de Jamaïque, qui, par proclamation officielle en 2003, ont reçu l’honneur d’avoir une journée de cette année désignée pour la célébration de leur Foi: la « journée nationale baha’ie »… mais ils se sont retrouvés surpris quand, l’année prochaine, ils furent invités à la célébrer de nouveau! Paraît-il qu’en Jamaïque, les proclamations ne s’oublient pas… lisez l’extrait:

Quand le gouverneur général jamaïcain, Sir Howard Cook, a proclamé, il y a trois ans, une journée nationale bahá’íe pour cette île tropicale des Caraïbes, la communauté ne s’imaginait pas que cela deviendrait un évènement annuel.

Proclamée en 2003 pour fêter les 60 ans de l’établissement de la foi bahá’íe en Jamaïque, la journée nationale bahá’íe a aussi été célébrée en 2004 et c’est alors que les bahá’ís ont réalisé que lorsqu’une telle proclamation est faite, elle devient un aspect permanent de l’île. « C’est comme ça que nous avons commencé à organiser des célébrations pour le “jour bahá’í” tous les 25 juillet », nous dit Linda Roche, secrétaire de la communauté bahá’íe de Jamaïque.

Cet évènement est devenu une fête pour les 21 communautés locales du pays, mais aussi pour les chefs religieux et les personnalités politiques qui se joignent à elles.

Cette année, la journée bahá’íe commençait par un “petit-déjeuner du jour bahá’í”, sponsorisé par l’Assemblée spirituelle nationale. Les représentants des différentes communautés religieuses et membres du conseil inter-religieux sont venus, il y avait des musulmans, des chrétiens, des bouddhistes et des hindous, ainsi que le maire de Kingston et des journalistes.

[…] « Nous avons toujours été dépendants des églises traditionnelles pour créer les bases du respect moral et de la tolérance sociale », a dit le maire, Desmond McKenzie. « Cependant, il semblerait que les églises traditionnelles aient perdu leur influence quand on touche aux questions de moralité, a continué Mr McKenzie qui n’est pas bahá’í. Et comme les politiciens ne sont pas considérés comme les garants de l’autorité morale, c’est vers les nouvelles églises et les nouvelles religions, comme la foi bahá’íe, et leurs nouvelles approches de la moralité que nous devons nous tourner.

« La mission divine de Bahá’u’lláh est de permettre une régénération spirituelle et l’unité de l’humanité, deux aspects qui permettraient d’arriver à une paix mondiale permanente et à l’établissement du royaume de Dieu sur terre, ajoute-il. La ville de Kingston accueille la communauté bahá’íe à bras ouverts car elle partage votre désir de paix et d’unité. »

Lisez l’article au complet.