Étiquette : Développement

Des dirigeants africains prennent en main les objectifs environnementaux

LIBREVILLE, Gabon, publié le 27 juin 2017 – Lorsque nous abordons les problèmes du changement climatique, nous devons adopter une perspective holistique, a déclaré la Communauté internationale bahá’íe (CIB) lors d’une récente réunion sur l’environnement qui a réuni des dirigeants d’Afrique.

« Nous devons regarder les dimensions matérielles et spirituelles. Comment vivons-nous harmonieusement avec la nature ?, a demandé Solomon Belay, le représentant du bureau de la CIB à Addis-Abeba. Nous avons besoin d’une vision cohérente des problèmes environnementaux et d’un plan l’intègre. »

Une forêt tropicale au Gabon, le pays hôte de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement, qui a eu lieu du 10 au 11 juin 2017 à Libreville, la capitale. (photo publiée sur le site web du PNUE, copyright Alex Rouvin)

Une forêt tropicale au Gabon, le pays hôte de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement, qui a eu lieu du 10 au 11 juin 2017 à Libreville, la capitale. (photo publiée sur le site web du PNUE, copyright Alex Rouvin)

La réunion du 10 au 11 juin 2017 au Gabon a rassemblé environ 45 représentants du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), l’Alliance panafricaine de la justice climatique, la Commission de l’Union africaine, la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE) et le Réseau des parlementaires panafricains sur les changements climatiques, entre autres.

La CIB a eu un échange avec le PNUE sur la contribution que les organisations confessionnelles peuvent apporter aux objectifs environnementaux de l’ONU, et la réunion de ce mois a été une opportunité pour les dirigeants africains de créer un consensus autour des questions environnementales en préparation de la troisième réunion de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement qui aura lieu à la fin de l’année.

Les participants au séminaire au Gabon ont discuté de solutions environnementales innovantes qui pourraient accélérer la mise en œuvre des objectifs de développement durable de l’ONU en Afrique. Bien que cette réunion indique une autre avancée dans les efforts de protection de l’environnement, les échanges sur l’environnement restent relativement fragmentés, selon M. Belay.

« La dimension spirituelle est presque complètement absente », a-t-il commenté.

Lors de la réunion, le bureau de la CIB a partagé sa déclaration intitulée Shared Vision, Shared Volition: Choosing Our Global Future Together (Vision partagée, volonté partagée : choisir notre avenir mondial ensemble). Cette déclaration avait été initialement préparée pour la COP21, la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, en décembre 2015.

« Notre relation avec la nature devrait être examinée à tous les niveaux », a déclaré M. Belay, en attirant l’attention sur certaines parties de la déclaration qui appellent les individus, les institutions de la société et la communauté dans son ensemble à prendre en charge la responsabilité du changement.

« L’établissement de modèles durables de vie individuelle et collective nécessitera non seulement de nouvelles technologies, mais aussi une nouvelle conscience chez les êtres humains, y compris une nouvelle conception de nous-mêmes et de notre place dans le monde », peut-on lire dans le communiqué.

Suite à la réunion de juin au Gabon, il est prévu de tenir un autre rassemblement, en mettant davantage l’accent sur la contribution des organisations confessionnelles aux problèmes environnementaux.

Publication d’origine: Bahá’ís de France – Site officiel http://www.bahai.fr/des-dirigeants-africains-prennent-en-main-les-objectifs-environnementaux/

Le projet Illumine Media jette un nouvel éclairage sur des quartiers de Toronto

TORONTO, LE 29 JUIN 2017, (SCNB)

La première scène des vidéos de la série intitulée How We Grow, produite par le Illumine Media Project, montre des lignes que l’on dessine à la craie sur un tableau, et qui donnent lentement forme à des feuilles, des tiges et à un plant de tomates.

Le projet d’inspiration bahá’íe, et basé à Toronto, explore dans ses vidéos des thèmes portant sur le développement et le changement, et il cherche à adopter une approche organique, axée sur le développement.   

Publication d’origine: Service canadien de nouvelles bahá’íes https://news.ca.bahai.org/node/826

Sens de la vie

La vie économique est un domaine dans lequel peuvent s’exprimer l’honnêteté, l’intégrité, la droiture, la générosité et d’autres qualités de l’esprit. L’individu n’est pas simplement une unité économique intéressée, s’appliquant à revendiquer une part toujours plus grande des ressources matérielles du monde.

« Du service et de la vertu découle le mérite de l’homme, déclare Bahá’u’lláh, et non de l’étalage des biens et des richesses. »

Puis il ajoute : « Ne dilapidez pas la richesse de votre vie si précieuse par un attachement mauvais et corrompu, et ne consacrez pas vos forces à promouvoir votre intérêt personnel. »

En se consacrant au service de son prochain, on trouve un sens et un but à sa vie et on contribue à élever la société même.

Au début de son célèbre traité, Le secret de la civilisation divine, ‘Abdu’l-Bahá affirme :

« Et l’honneur et la distinction de l’individu résident en ceci que, parmi les multitudes du monde, il devienne une source de bien social. Peut-on concevoir un plus grand bienfait que celui-ci : un individu, regardant en lui-même, découvre que, par la grâce fortifiante de Dieu, il est devenu une cause de paix et de bien- être, de bonheur et d’avantage pour ses frères ? Non, par le seul vrai Dieu, il n’y a pas de plus grande bénédiction ni de plus complet délice !  »

Plus une communauté bahá’íe est présente au sein d’une population, plus elle est responsable de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté dans son milieu.

Extrait Lettre Maison Universelle de Justice du 1er mars 2017 

Publication d’origine: Actualités – The official website of the Bahá’ís of Mauritius https://bahaimauritius.org/2017/06/26/sens-de-la-vie/

Le dévoilement du projet du temple a galvanisé l’île

TANNA, Vanuatu, publié le 21 juin 2017 – Plus d’un millier de personnes se sont rassemblées le dimanche 18 juin 2017 pour le dévoilement du projet de la maison d’adoration bahá’íe locale à Tanna, dans la nation insulaire du Vanuatu, un archipel de l’océan Pacifique.

C’est au son de la conque que les membres de la communauté bahá’íe de l’île de Tanna ont marqué le dévoilement du projet du temple. Il s’agit d’un acte traditionnel qui signale des étapes importantes.

C’est au son de la conque que les membres de la communauté bahá’íe de l’île de Tanna ont marqué le dévoilement du projet du temple. Il s’agit d’un acte traditionnel qui signale des étapes importantes.

En provenance de Tanna, des îles voisines et d’encore plus loin, les participants comprenaient des dignitaires du gouvernement, des chefs tribaux et des représentants de divers groupes religieux, y compris du yapinap, un système de croyance indigène.

Dans ses remarques à l’assistance, le président du Tanna Island Council of Chiefs (Nikoletan) (Conseil des chefs de l’île de Tanna), le chef Freeman Nariu Sawaram, a souligné l’importance de l’unité, l’illustrant par l’analogie des divers organes du corps humain travaillant ensemble dans un but commun. « Nous sommes ici aujourd’hui pour lancer le départ d’un voyage de la communauté bahá’íe, a-t-il déclaré. Nous devons unir nos efforts, travailler ensemble et nous pardonner mutuellement. Ensuite, nous pourrons réaliser tout ce que le corps entier exige et construire un meilleur Tanna. »

« L’unité est une puissante force dynamique pour notre nation qui va changer notre société, a déclaré le chef Sawaram plus tard dans une interview. La solution pour le progrès et le véritable développement est l’unité, sans elle, nous ne pouvons pas aller de l’avant. Notre peuple doit connaître cette vérité. »

Cet événement a été une célébration collective pour l’île. Ses habitants sont venus voir la maison d’adoration comme un espace sacré qui appartiendra à l’ensemble de leur peuple. Les plans pour la construction du temple ont été un point de ralliement pour l’unité avec une incidence palpable sur le sens de la camaraderie et sur l’unité au sein de la population de l’île.

« Nos ancêtres ont prédit qu’un jour les gens de l’île s’uniraient, travailleraient et vivraient ensemble, et se consulteraient, a déclaré un important chef tribal, le chef Mikim Teinakou. Je vois l’accomplissement de leur vision dans ce temple. »

Le président de la Yapinap Nasuman Asul Peoples Association a parlé de l’impact de la planification d’un temple à Tanna : « Je félicite la communauté bahá’íe pour ce temple, qui nous apprendra à respecter le sacré, à arrêter nos conflits fonciers et à apporter le respect et l’unité à nos villages. »

La cérémonie du dimanche a commencé par un programme de prières qui comprenait des écrits de certaines des principales croyances et traditions, suivi de chants et de danses, pour terminer par le dévoilement du projet du temple.

Les célébrations ont commencé le matin et ont continué avec beaucoup de joie et d’excitation tout l’après-midi, ponctuées de prières, de chants et de danses.

« Le dévoilement du projet a été incroyable, a déclaré un jeune d’Efate, une île voisine. Il reflète la culture du peuple de Tanna – à quel point il est humble, beau, respectueux et heureux. »

Un autre participant a fait remarquer : « La cérémonie du dévoilement a apporté tant de joie à mon cœur que je suis certain que la transformation que le temple apportera à notre société sera formidable, tellement formidable. »

Publication d’origine: Bahá’ís de France – Site officiel http://www.bahai.fr/le-devoilement-du-projet-du-temple-a-galvanise-lile/