Étiquette : Lecture

Sens de la vie

La vie économique est un domaine dans lequel peuvent s’exprimer l’honnêteté, l’intégrité, la droiture, la générosité et d’autres qualités de l’esprit. L’individu n’est pas simplement une unité économique intéressée, s’appliquant à revendiquer une part toujours plus grande des ressources matérielles du monde.

« Du service et de la vertu découle le mérite de l’homme, déclare Bahá’u’lláh, et non de l’étalage des biens et des richesses. »

Puis il ajoute : « Ne dilapidez pas la richesse de votre vie si précieuse par un attachement mauvais et corrompu, et ne consacrez pas vos forces à promouvoir votre intérêt personnel. »

En se consacrant au service de son prochain, on trouve un sens et un but à sa vie et on contribue à élever la société même.

Au début de son célèbre traité, Le secret de la civilisation divine, ‘Abdu’l-Bahá affirme :

« Et l’honneur et la distinction de l’individu résident en ceci que, parmi les multitudes du monde, il devienne une source de bien social. Peut-on concevoir un plus grand bienfait que celui-ci : un individu, regardant en lui-même, découvre que, par la grâce fortifiante de Dieu, il est devenu une cause de paix et de bien- être, de bonheur et d’avantage pour ses frères ? Non, par le seul vrai Dieu, il n’y a pas de plus grande bénédiction ni de plus complet délice !  »

Plus une communauté bahá’íe est présente au sein d’une population, plus elle est responsable de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté dans son milieu.

Extrait Lettre Maison Universelle de Justice du 1er mars 2017 

Publication d’origine: Actualités – The official website of the Bahá’ís of Mauritius https://bahaimauritius.org/2017/06/26/sens-de-la-vie/

De nouveaux documents de réflexion ont été préparés au sujet de l’inclusion et de la réconciliation

TORONTO, LE 30 MAI 2017, (SCNB)

Deux nouveaux documents ont été publiés sur le site Web de la communauté bahá’íe du Canada. Chacun porte sur un sujet qui est pertinent au progrès social du pays. Le premier texte porte sur la citoyenneté et l’inclusion, et le second porte sur la poursuite de la conversation sur la réconciliation entre autochtones et non-autochtones.

Publication d’origine: Service canadien de nouvelles bahá’íes http://news.ca.bahai.org/node/812

André Brugiroux : 400 000 km autour du monde en stop

C’est donc sur le banc d’un parc anonyme de Vancouver, au Canada, qu’un beau dimanche soir du 25 mars 1969 je décidais de devenir baha’i.

Voilà quatorze ans que j’avais quitté la terre de mes ancêtres, la douce France, et que je cheminais de par le monde mû par un instinct qui m’assurait que ce que je faisais était juste. Une insatiable curiosité d’esprit me poussait inexorablement à aller découvrir ce qui se cachait derrière la colline, certes, mais pourquoi?

Les questions qui se faisaient de plus en plus pressantes au cours de mes derniers mois de bourlingue venaient enfin de trouver réponse dans les écrits de Baha’u’llah. Sans cette découverte bouleversante, mon tour du monde eût été futile. Ce soir-là, le puzzle était enfin assemblé. Ma vie prenait son sens. La joie m’envahissait.

J’avais trouvé la vérité!

Mais comment avais-je atterri dans ce parc de Vancouver, si loin de ma banlieue natale? . . .

André Brugiroux, Bloc-notes d’un enseignant itinérant

André Brugiroux, c’est un homme des plus nomades—quelqu’un qui a pris le voyage comme sa vocation et qui, depuis l’âge de dix-sept ans, parcourt le monde d’est en ouest, du sud au nord. Né en France, il se considère citoyen du monde, et, depuis ce soir à Vancouver en 1969, se considère baha’i. Son livre, La Terre N’est Qu’un Seul Pays, offre un récit extraordinaire de ses aventures faisant le tour du monde—400 000 km en 18 ans—en stop (c-à-d au pouce). Depuis l’année 2004, il n’y a aucun pays du monde qu’il n’a pas visité. J’ai eu la chance incroyable de le rencontrer lorsqu’il était de passage à Victoriaville, au Québec, il ya de ça quelques ans. C’est un homme passionné et passionnant, quelqu’un qui a beaucoup appris et qui continue à apprendre. Il y présenta une « ciné-conférence »—deux rouleaux de film Super 8 pris au long de son voyage, commenté de vive voix tout le long par l’auteur lui-même. Je vous le recommande en format DVD.

Son livre Bloc-notes d’un enseignant itinérant, plutôt ciblé envers la communauté baha’ie, raconte ses aventures en enseignant la Foi baha’ie à travers le monde. Pour tous ceux qui pensent faire du service en tant que pionnier ou enseignant itinérant, ou qui aiment lire les cas vécus des baha’is, ou bien même tous ceux qui cherchent de l’inspiration dans leurs propres efforts d’enseignement, c’est une lecture incontournable. Le texte du livre est nouvellement disponible en format électronique à la Médiathèque Bahá’íe… jetez-y un coup d’oeil!